Provinces

Ses membres
Qui dit province du Canada dit Canada avec ses 148 Viateurs religieux et ses 60 Viateurs associés, mais dit aussi Burkina Faso avec ses 15 Viateurs religieux, Haïti avec ses 36 Viateurs religieux et ses 11 Viateurs associés, Japon avec ses 6 Viateurs religieux et ses 28 Viateurs associés, Pérou avec ses 7 Viateurs religieux et Taïwan avec ses 2 Viateurs religieux. Ce sont 322 Viateurs religieux et Viateurs associés en mission dans six pays différents.

Ses débuts – son expansion
Fondée le 27 décembre 1994 à la suite de la restructuration des provinces de l’Abitibi, Joliette, Montréal et celle du Bas Saint-Laurent, la Province du Canada, déjà présente par les anciennes provinces d’abord au Japon dès 1948, puis à Taïwan en 1953, au Pérou en 1959 et en Haïti en 1965, a continué d’essaimer, cette fois en terre africaine, en fondant au Burkina Faso en 1999.

Les Viateurs sont regroupés en communautés locales, 19 au Canada, 2 au Burkina, 6 en Haïti, 2 au Japon, 4 au Pérou et 1 à Taïwan, « pour vivre le projet viatorien et être signe et témoin de la fraternité évangélique et l’union au Christ. » .

Son fonctionnement
La Province du Canada est dirigée et animée par un Conseil provincial de cinq membres qui en sont dans leur troisième année d’un mandat de quatre ans : le père Claude Roy, supérieur provincial, le frère Benoît Tremblay assistant provincial, le frère Yvon Rolland, le père Robert Jean et tout récemment, le père Lindbergh Mondésir, tous trois conseillers. Vingt-cinq membres, dont le Conseil provincial, représentatifs de l’ensemble des religieux de la province forment le Chapitre provincial.
La Province s’est dotée tout récemment d’un Conseil de la Communauté viatorienne au Canada, organisme qui complète l’Assemblée de la communauté viatorienne, notamment en lui servant d’interlocuteur-relais auprès des diverses instances viatoriennes, entre les sessions de l’Assemblée de la communauté viatorienne au Canada.

La mission se déploie de différentes façons…

Les Viateurs de la province assurent une présence dans le monde de l’éducation:
Au Canada : Le collège Bourget de Rigaud et le collège Champagneur de Rawdon.
Au Burkina Faso : le Groupe scolaire Saint-Viateur (GSSV) à Ouagadougou et l’Établissement Louis-Querbes (ÉLOQ) à Banfora.
En Haïti : l’Institution mixte Saint-Viateur et le Kindergarten aux Gonaïves. Nous assumons également la direction du Collège Immaculée-Conception et l’École Cyr-Guillo aux Gonaïves; le Collège James M. Stine à Saint-Marc ainsi que l’Institution scolaire Saint-François d’Assise à Grand-Goâve.
Au Japon : l’École Rakusei.
Au Pérou : nous sommes présents dans quatre collèges : Fe y Alegria N°69 à Cutervo, Fe y Alegria N°11 à Collique, San Pie X à Huancayo et San Viator à Yungay.

Partout les Viateurs incarnent les valeurs et la spiritualité découlant de notre charisme propre, avec zèle et ferveur, toujours préoccupés de favoriser les plus démunis.

Le Service catéchétique viatorien, mis sur pied en 2000, apporte un accompagnement et une aide à la formation des catéchètes. Son site est consacré à l’initiation chrétienne et à l’approfondissement de la foi. Il propose des instruments pratiques et des articles de réflexion.

La Maison de la Foi, fondée en 1988, a pour mission d’aider les personnes touchées par la surdité, en particulier les enfants, les adolescents et les jeunes adultes, à progresser humainement et spirituellement.

La pastorale paroissiale
Au Canada, 20 Viateurs religieux et de nombreux Viateurs associés oeuvrent dans le ministère paroissial. Ils desservent quelque 22 paroisses dont certaines regroupées en unités paroissiales dans 6 diocèses, de l’Abitibi jusqu’en Gaspésie. Et c’est sans compter les 5 autres paroisses de nos fondations : Saint-Viateur à Banfora au Burkina ; Saint-François de Grand-Goâve et Christ-Roi le Meilleur en Haïti; Saint-Viateur à Kitashirakawa au Japon ; et Cristo hijo de Dios à Collique au Pérou.

Le Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes à Rigaud. Une œuvre d’éducation de la foi populaire.
Depuis plus de 135 ans, on vient de partout au Canada et même de l’Europe pour rendre hommage à Marie, la Mère de Dieu, au cœur d’une « magnifique cathédrale de verdure », à Rigaud.

Les mouvements jeunesses:

Le SPV, Service de Préparation à la Vie, est une communauté de vie chrétienne où les jeunes vivent dans leur milieu à l’exemple de la première communauté chrétienne (Actes 2, 42-47).
Le SPV est né le 19 janvier 1964.

Les jeunes, qui s’y engagent, vivent l’apprentissage de la vie en équipe avec tout ce que cela comporte, i.e. la découverte de soi et des autres, l’écoute, le respect de l’autre et de ses idées. Avec l’adulte responsable, ils préparent et réalisent différents projets d’engagement. En équipe, ils apprennent ainsi à développer leur personnalité tout en s’impliquant dans leur milieu et en découvrant la présence de Dieu dans leur vie personnelle.
En 2013, le SPV est présent, dans la province de Québec, en Haïti, en Afrique (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo) et à Madagascar.

Camp de l’Avenir, au Canada
Chaque été, des camps sont organisés, au domaine du lac Ouimet, dans les Laurentides, pour rejoindre de nombreux jeunes du Québec et du Canada francophone. Ces séjours de vie heureuse permettent l’apprentissage des valeurs évangéliques telles que la vérité, la justice, le service, l’engagement, la solidarité et la communion.

Les «Camps de l’Avenir » est une initiative créée dans le sillage du Service de Préparation à la Vie (SPV). Ces Camps se veulent une réponse aux besoins des jeunes de 10 à 16 ans qui désirent vivre une expérience de foi chrétienne.

Camp de l’Amitié, au Burkina Faso, pour le dialogue interreligieux et interculturel

«Les Camps de l’Amitié ont été initiés afin d’apporter une réponse viatorienne aux efforts évangéliques qui se concrétisent de partout dans le monde à la recherche de l’espérance. C’est donc une rencontre interreligieuse et interculturelle, à laquelle participent des jeunes scolaires et étudiants, musulmans, chrétiens catholiques, protestants et ceux de la croyance ancestrale traditionnelle, âgés de 12 à 25 ans. Commencés depuis le mois de juillet 2005, les camps de l’amitié constituent un cadre de formation et d’éducation de la jeunesse croyante. Son objectif essentiel est la promotion du dialogue interreligieux et interculturel pour la paix sociale. »
François Savadogo, c.s.v.

ALFAGO en Haïti (« Alfa », pour alphabétisation et « Go », pour Gonaïves) a vu le jour au terme d’un « panel » sur l’éducation lors du 30e anniversaire du Collège Immaculée-Conception, le 8 décembre 1996.

Un projet ambitieux mais indispensable: la tenue de sessions d’alphabétisation dans le milieu par les élèves des collèges et lycées des Gonaïves. L’été suivant, « Alfago 97 » réalise une première expérience dans 10 centres de la ville, permettant ainsi à 260 personnes de goûter à la joie d’apprendre à lire et à écrire. Cette initiative humanitaire a pris racine.

Par la suite, il y a eu Alfa 98, Alfa 99, Alfa 2000 et Alfa 2001, sessions annuelles dans lesquelles s’engagent des Viateurs, secondés par des équipes de jeunes et d’adultes soucieux de libérer les « analphabètes » de leur isolement.

Le NAC est un mouvement de jeunes en Haïti fondé par des Viateurs en 1992. Il procède par l’animation des jeunes et leur mobilisation sous la bannière du Christ. Sa devise : « Lumière-Force, Force-Lumière », indique le mouvement de va-et-vient du témoignage chrétien.

La mission NAC est l’évangélisation des jeunes par les jeunes. En alternance avec les temps d’échanges, la formule retient les activités culturelles, artistiques et sportives. Depuis 10 ans, le mouvement n’a cessé de croître. Il rejoint et dynamise présentement quelques milliers de jeunes dans une trentaine de localités à travers tout le pays d’Haïti.

GEMP: Groupe d’Écoute et de Méditation de la Parole de Dieu au Burkina