France

En application d’une décision du Chapitre général (2006), la province de France est devenue la délégation de la France le 1er septembre 2009. Le statut mieux adapté à sa situation a été préparé par une série de projets étudiés dans plusieurs assemblées provinciales tenues en amont. Le projet final a été adopté par l’Assemblée de novembre 2008. Après quelques modifications de détail, le texte a été reconnu ad experimentum par le Supérieur général et son Conseil. Le Chapitre général de 2012 a autorisé sa prorogation pour six nouvelles années.

Le Viateur religieux et le Viateur laïc de France qui demeurent juridiquement distincts approfondissent leur vie spirituelle, leurs engagements apostoliques individuels et communautaires, renforcent et étendent le réseau de charité qui les unit en tant que collaborateurs dans la mission. Selon le statut de la délégation, ils «se soutiennent mutuellement dans la même communauté à laquelle ils apportent la complémentarité des différents états de vie pour la mise en œuvre du même charisme» (article 5). Cela signifie «Communauté» au sens large et non «vivre ensemble sous un même toit».

Le Conseil de la délégation est composé d’un supérieur religieux, nommé par le Supérieur général après avoir consulté les membres de la délégation, deux religieux et deux laïcs viateurs. Les deux sont nommés par le Supérieur général et le Supérieur de la Délégation. Le domaine de compétence de ce Conseil « couvre la vie et le fonctionnement de la communauté viatorienne de France, mais pas ce que le droit universel et le droit particulier réservent pour la Congrégation » (article 14) qui est de la seule responsabilité du Conseil des religieux et de leur Chapitre.

L’Assemblée générale de la délégation, réunie au moins une fois par an pour une session d’une certaine durée, aborde des questions qui affectent la vie et l’avenir des Viateurs de France. On a donné un contenu aux priorités choisies par le Conseil de la délégation autour de l’écoute, de l’innovation, de la fraternité. Un autre s’est penché sur la question de la formation (initiale et continue) et a formé un comité pour étudier la participation aux coûts d’exploitation de la communauté viatorienne. Un troisième a évalué, de manière assez approfondie, les premières années de la vie de la délégation et s’est penché de manière concrète sur le partage des coûts d’exploitation et sur son budget.

Les Viateurs de France sont un groupe d’environ 40 religieux et 25 laïcs associés. L’établissement de la délégation n’a pas provoqué de résistance parmi eux; tout s’est passé dans un climat serein et sans blocages particuliers. Les communautés se sont ouvertes aux réunions-échanges, à la lectio divina, soit dans les communautés locales, soit entre les communautés de secteur ou de la délégation…

Les Viateurs de la délégation ne peuvent se passer d’une réflexion sur leur spécificité. Les religieux-Viateurs doivent voir ce que signifie être religieux aujourd’hui. Quel est le sens des vœux et de la vie religieuse ? Ils doivent également discerner les défis personnels et communautaires, s’ouvrir à de nouvelles formes de vie communautaire. Pour leur part, les laïcs Viateurs doivent poursuivre leur relecture laïque du charisme viatorien. Chaque personne, dans ses propres engagements, est invitée à développer une vie spirituelle viatorienne profonde et renouvelée.